Assurance autonomie, la vigilance s’impose avant la conclusion d’un contrat.

L’assurance autonomie, la définition et ses enjeux :

L’assurance autonomie est la solution proposée par les compagnies et mutuelles d’assurances pour faire face à la dépendance des personnes âgées. La prise en charge de la perte d’autonomie en fin de vie est un défi majeur pour notre société. A ce jour dans un contexte économique défavorable, la solidarité nationale ne permet pas de couvrir en totalité la charge financière de la dépendance de nos anciens. Comme je l’expliquais dans l’article « Dépendance des personnes âgées » le maintien à domicile demande un effort financier d’environ 2000€. Une note qui peut monter jusqu’à 3000€ voir d’avantage pour un placement dans un établissement spécialisé. En conséquence chacun doit se poser les bonnes questions et y répondre le plus sincèrement possible.

  • Ma retraite sera-t-elle suffisante pour subvenir à mes besoins en cas de dépendance?Peu de chance en réalité.
  • Puis-je compter sur l’aide publique pour me venir en aide? Oui mais partiellement, la moyenne de l’allocation personnalisé d’autonomie est d’environ 450€.
  • Mon conjoint doit-il supporter seul ma dépendance? Un aidant familial a besoin de soutien et de conseils. 
  • Mon patrimoine sera-t-il suffisant pour m’assurer une place en maison de retraite le moment venu? Si oui suis-je prêt à compromettre l’héritage de mes enfants?

L’assurance autonomie est la réponse à ces questions.

Le principe de l’assurance autonomie est de garantir à la personne assurée le versement d’une rente viagère en cas dé dépendance totale voir partielle. En parallèle le contrat peut prévoir un accompagnement pour les aidants familiaux. En cas de dépendance partielle certaines solutions prévoient en complément de la rente un capital . Cette somme d’argent est destinée à l’aménagement du domicile de la personne dépendante pour favoriser son maintien au domicile. La souscription d’une assurance autonomie est une démarche volontaire et privée. Cette solution permet de ne pas être à la charge financièrement de son conjoint et de ses descendants en cas de perte d’autonomie. Soyez vigilant car tous les contrats d’assurance autonomie ne se valent pas.

Les points incontournables d’un contrat d’assurance autonomie :

Critères de perte d’autonomie :

  • La grille nationale AGGIR permet d’évaluer le degré de dépendance.
  • Les « AVQ »actes de la viequotidienne aunombre de 5 àréaliser.
    1. boire et manger.
    2. se coucher, se lever.
    3. s’habiller et se déshabiller.
    4. se déplacer dans le logement.
    5. se laver et aller aux toilettes.
  • Le test cognitif MMS de Folstein.

Par simplicité je préconise de choisir un contrat qui se base uniquement sur les « AVQ ».

Dépendance partielle ou totale ?

Sans hésitation si votre budget vous l’autorise, choisissez d’être assuré pour la dépendance partielle et totale. Vous serez mieux protégé qu’en dépendance totale uniquement.

Les seuils de déclenchement des garanties :

Un élément de plus à vérifier, car c’est ce qui permet à l’assureur de déterminer le niveau de dépendance. Exemples :

  • Dépendance partielle si la personne n’est plus en mesure de réaliser 2 des 5 AVQ.
  • Dépendance totale si l’assuré ne peut accomplir 3 des 5 AVQ.

Je vous invite à privilégier les contrats qui vous proposent ce type de seuils.

Le questionnaire de santé :

Etape incontournable, vous devez remplir vous même le questionnaire. Attention aux questionnaires renseignés avec rapidité.

Le délais d’attente :

C’est la période suivant la prise d’effet du contrat où les garanties ne pourront pas s’appliquer en cas de maladie. En pratique ce délais est d’un an mais il peut être porté à 3 ans au maximum pour des atteintes neuro-dégénératives ou psychiatriques. Pas de délais d’attente pour un état de dépendance résultant d’un accident.

Le montant de la rente :

La rente doit couvrir le reste à charge en cas de perte d’autonomie. Voici un calcul rapide pour vous aider :

  • Au minimum pour un maintien à domicile :

rente = 2000€ – votre retraite – moyenne APA (450€) 

  • Dans l’idéal prévoir la rente pour un placement en établissement spécialisé :

rente = 3000€ – votre retraite – moyenne APA (450€)

Les dispositions pour l’aidant familial :

Le contrat d’assurance autonomie doit intégrer des prestations destinées à l’aidant familial d’une personne dépendante. Exemples : soutien, conseils, remplacement ponctuel…

Le capital pour l’aménagement du logement :

Cette somme d’argent est bien souvent prévue en cas de dépendance partielle.

Cette garantie permet par exemple de réaliser des travaux au domicile de la personne dépendante pour lui permettre de rester vivre à son domicile.

Mise en réduction du contrat :

Dans le cas où l’assuré cesse de payer sa prime d’assurance, il conserve une partie des garanties initiales. Faculté intéressante dans le cas où des difficultés financières sont rencontrées en cours de contrat.

Franchise :

C’est la période qui ne sera pas indemnisée à partir du moment où la personne est déclarée dépendante par la compagnie d’assurance. Une courte période étant favorable ( 3 mois ).

Les exclusions :

Pensez à lire les exclusions du contrat avant de signer. Dans la plupart des cas ces exclusions sont du bon sens, mais il peut y avoir des surprises. A vérifier…

Mon article touche à sa fin, j’ai essayé de condenser les éléments importants que vous devez absolument contrôler avant la signature d’une assurance autonomie.

J’espère vous avoir apporter des éléments de réflexion. Si vous avez encore des questions ou besoin de précisions n’hésitez pas à utiliser les commentaires. Je me ferai un devoir de vous répondre du mieux possible.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *